Myanmar – 8-18 mars 2010 Yangon-Bagan-Kalaw-Inle-Yangon

Par Natacha

8-9 mars 2010 : Paris-Singapore-Yangon

Nous savons que nous n’arriverons à Yangon que demain, mais nous avons déjà la tête en Asie lorsque nous attendons notre A380, à l’aéroport de Paris. A notre arrivée à Singapore, on sent déjà la différence de température, mais à notre arrivée à Yangon (à 9h20) il fait vraiment chaud et humide. Cela ne nous empêche pas de nous plonger les yeux grands ouverts dans la ville. Notre première visite se fera sur la pagode Sule et ses alentours. Et c’est là, pieds nus sur le sol brûlant, que nous comprenons à quel point ce pays aime l’or… La pagode en est complètement recouverte, et avec ce soleil il est assez difficile de la regarder vraiment sans être ébloui ! Notre guide Mumu nous apprend que la manière dont le temple est construit reflète en fait l’astrologie birmane : elle est constituée de 8 côtés, qui représentent chacun un jour de la semaine. En fin d’après-midi, nous partons visiter le marché du quartier chinois. Ambiance de marchés asiatiques, c’est l’effervescence ! Nous repartons ensuite vers le port de Yangon. Là l’ambiance change complètement, les gens chargent les bateaux, jouent au foot, remplissent les sacs de riz… énormément d’activité aussi, mais dans une ambiance calme et douce. C’est extrêmement agréable de pouvoir profiter du coucher de soleil sur le port, avec des gens paisibles, aussi curieux de nous que nous le sommes d’eux. Nous resterons là un certain temps, juste pour profiter…

10 mars : Yangon – Bagan

Il est très tôt lorsque nous quittons l’hôtel. Arrivés par avion à Bagan, nous nous rendons compte de l’ampleur du site. C’est majestueux, nous sommes cernés par des temples plus impressionnants les uns que les autres, datant des Xe-XIIIe siècles. Bien sûr nos 2 nuits sur place ne nous permettront pas de voir toutes les pagodes, qui sont répandues sur environ 40 km², mais cela donne un bon aperçu ! Le temps n’est pas au beau fixe, c’est plutôt brumeux, mais cela donne une aura à ce lieu déjà très mystique. Nous visitons quelques temples : la pagode Shwezigone, le temple Khayminga… L’après-midi, nous nous arrêtons à la fabrique de laques de Myinkaba. C’est notre premier aperçu de l’artisanat birman, et c’est assez impressionnant de voir avec quelle facilité ils façonnent ces très beaux objets. Nous repartons ensuite pour la pagode de Shwesandaw, qui offre une très belle vue sur les autres pagodes et un spectacle magnifique au moment du coucher de ce soleil rouge…

11 mars 2010 : Bagan

Ce matin, nous avions décidé de louer des vélos à l’hôtel, pour voir les pagodes un peu autrement. Nous partons donc tôt pour pouvoir commencer avant que la chaleur ne soit trop présente. C’est vraiment une manière très agréable de se promener entre les temples. Nous ne rentrons que dans peu d’entre eux, mais pédalons entre une palette de temples en briques, en pierres, recouvertes d’or ou non… L’après-midi, nous repartons en calèche, moyen de transport très utilisé dans la région (surtout au retour du marché apparemment). Nous passons devant un monastère en bois complètement sculpté, et décidons de nous y arrêter un peu. Cela change complètement de tout ce que nous avons vu jusque là, le travail du bois est magnifique. Nous repartons ensuite et passons au village de notre conducteur de calèche. Il nous raconte sa vie, nous présente sa femme et son petit garçon de 2 ans. Nous passons ainsi entre petits villages et stupas. Nous en visitons quelques unes, Shwesandaw, Sulamani avec ses très belles fresques de bouddha, etc. En soirée, la calèche nous amène jusqu’au stupa de Tayo Pye, d’où nous restons pour admirer, une dernière fois, le coucher de soleil sur Bagan.

12 mars : Bagan – Heho – Pindaya - Kalaw

Après le petit-déjeuner, nous repartons pour l’aéroport, ou de nouveaux vols nous attendent, direction Heho. Nous grimpons dans le véhicule qui nous mènera à travers la campagne jusqu’à la ville de Pindaya. Une fois arrivés, nous parcourons ce marché ou l’on trouve de tout : des sacs tressés, de la nourriture, des vieilleries à vendre, des fruits et légumes à foison et surtout que nous ne connaissons pas du tout. Tout cela a été produit au Myanmar, rien n’est importé ici ! Après avoir déjeuné au restaurant, départ pour la grotte de Pindaya et ses milliers de bouddhas. Il y en partout, avec des visages, des matières différentes (beaucoup de feuilles d’or tout de même !). Nous devons déjà reprendre la route (qui est bien cahoteuse), car nous devons aller à Kalaw, où nous passerons la nuit après une brève visite de la ville. Nous voyons bien que la colonisation a joué un rôle à Kalaw, les maisons ne font pas franchement asiatiques. Nous montons en haut de la montagne, et il fait presque froid, nous sortons les gilets. Quel bonheur de retrouver un peu de fraîcheur ! L’hôtel est très joli, avec des fleurs, beaucoup de verdure, c’est charmant.

13 mars : Kalaw – village Palaung – monastère

Aujourd’hui, c’est le départ de notre trekking. Celui-ci aurait dû durer 3 jours, mais cela est un peu compromis car la chaleur et la brume sont avec nous. Le trekking durera donc un jour et demi. Notre guide pour ce trekking travaillait avant pour la croix rouge, donc il connaît très bien les villages que nous allons traverser, ainsi que les villageois. De plus, il parle très bien l’anglais. Fait intéressant, parmi nos accompagnateurs en Longyi traditionnels, le fils de notre cuisinier est en jean, ce que l’on voit très peu. Nous commençons notre périple à travers la montagne, et après deux heures de marches nous arrivons à un village Palaung, (une ethnie habitant dans les montagnes), Peinépin. Leur autosuffisance est incroyable pour nous occidentaux : ils font tout eux même. Nous croisons ainsi une femme en train de tresser le toit de sa future maison et on nous explique que tout ce qu’ils ont besoin d’acheter c’est du riz, de l’huile et du sucre. Les gens viennent tous nous voir, et les enfants sont à croquer. Après quelques heures de marche, nous arrivons à un second village Palaung, Taungni. Nous nous arrêtons au monastère, qui abrite deux moines et leurs apprentis, où nous mangerons un excellent repas (notre cuisinier est une perle !). Nous y restons pour faire la sieste puis repartons pour le monastère où nous passerons la nuit, à environ 30 minutes de là. Le monastère Newataung, avec ses petits stupas, est situé en pleine montagne. La rencontre avec le moine est impressionnante : il respire la sérénité et de son visage ressort une profonde gentillesse. Finalement nous arrivons dans un monastère plutôt confortable, avec douche & WC et de fins matelas pour dormir.

14 mars : Monastère – village Paho – Lac Inle

Après un solide petit-déjeuner, nous partons de nouveau à travers les montagnes pour trouver un village Paho. Les Paho sont également un peuple montagnard birman, et vivent entre leur travail dans les champs et leur vie au visage. Ils sont timides mais extrêmement accueillants. Quel que soit le village où nous allions, il y a toujours quelqu’un pour nous inviter à boire du thé. Eux aussi ont envie de nous connaître, et on voit bien que c’est sincère. Nous verrons un second village Paho, Hinkhapin. Après un peu de marche, nous retrouvons voiture et chauffeur et partons pour le lac Inle, où nous resteront quelques temps. Ensuite, c’est le transfert vers l’hôtel sur le lac, à bord d’un long bateau à moteur. Nous croisons quelques pêcheurs, puis, une fois arrivés à l’hôtel nous décidons de partir voir le village qui est juste derrière l’hôtel. On nous explique que, grâce à une « donation » de personnes venues de Hollande, chaque maison du village (les plus pauvres en priorité) ont eu le droit à un puit dans le jardin. Ici le tourisme a eu un côté positif. Nous rentrons à l’hôtel pour le dîner et passons une nuit tranquille.

15 mars : Lac Inle

Cette journée sera dédiée à la découverte du lac Inle, qui a tant de choses à offrir ! Départ en barque à moteur pour visiter un marché du lac et la plus grande pagode du lac, dans le village de Khaung Daing. Toute cette journée nous permettra de visiter des fabriques d’artisanat, et c’est très varié. Nous aurons ainsi la chance de pouvoir visiter une fabrique de papiers et d’ombrelles, une fabrique de cigares, une fabrique de barques, une fabrique de tissus (en soie et lotus), des forgerons. Après cette excellente journée de découverte, nous repartons pour notre hôtel.

16 mars : Lac Inle et Inndein – Yangon

Départ en longue barque à moteur pour aller, une dernière fois, parcourir les alentours du lac. Notre première étape se fera au monastère des chats sauteurs… assez spécial je dois dire ! Notre guide fait donc une donation au monastère, et voici les moines faisant sauter les chats à travers de petits cerceaux rouges. Nous passons ensuite par de magnifiques villages sur pilotis, avec une très jolie lumière. Les enfants viennent tous saluer la barque qui passe et l’ambiance est très calme et reposante. Le village est charmant ! Nous partons ensuite pour le site de Inndein. Très impressionnant avec ses stupas en ruines traversés par la végétation, mais aussi l’effort de la population pour les remettre en état. C’est avec regret que nous quittons cette région… Arrivés à Yangon, la chaleur et l’humidité nous saisissent à nouveau. On avait oublié qu’on était dans une région « fraîche » du Myanmar ces derniers jours !

17-18 mars : Yangon – Singapore - Paris

Aujourd’hui nous visitons un des monuments les plus connus du pays : la pagode Schwedagon. Je m’attendais à une énorme pagode en or, mais en fait cette énorme Pagode, dont on a déjà vu tant de photos, est elle-même entourée de petits temples… C’est très majestueux, mais c’est aussi très intéressant de voir les gens : on sent bien qu’on est dans une capitale. Les gens portent des pantalons, parfois même des jeans pour les plus jeunes (bien qu’on voit toujours énormément de longyi, on sent que la ville est en phase de développement). Faire le tour de la pagode nous a pris du temps sans que nous ne nous en rendions réellement compte. C’est toute la magie de ce pays : on a le droit de prendre son temps, comme tout le monde à l’air de le faire ici d’ailleurs ! Mais nous devons tout de même partir car un avion nous attend…